COMMENT SOULAGER LE MAL DE DOS ?

Comment soulager le mal de dos ?

Le mal de dos touche plus de 80 % de la population française. Pour certains, il s’agit de douleurs fréquentes, quand d’autres en souffrent que très occasionnellement. Les origines peuvent être nombreuses et ne sont pas toujours identifiables. En plus, il existe différents maux de dos selon la zone où la douleur survient et selon le type de douleur. Le mal de dos peut aussi être un symptôme d’une maladie.

Dans tous les cas, il existe des traitements pour soulager et soigner les douleurs du dos. De même, certains conseils permettent de prévenir ces douleurs et de réduire les risques. Au sein de cet article, nous allons revenir sur les traitements, les conseils et les différentes caractéristiques à connaître concernent le mal de dos.

Avant de continuer, retrouvez plus de conseils sur la page Facebook Bien-Être du Dos.

Le mal de dos, un problème inhérent à notre évolution

Nos ancêtres les plus éloignés n’étaient pas bipèdes. Puis, au fil de leur évolution, les hominidés ont commencé à se déplacer sur deux jambes. Longtemps, les premiers bipèdes ont été classés parmi les Homo erectus qui ont vécu de 1,8 million d’années à 100 000 ans avant le présent. Cependant, il semblerait que des représentants du genre australopithèque étaient capables de marcher sur deux pieds il y a plus de 3,6 millions d’années.

La bipédie totale que nous utilisons depuis des centaines de milliers d’années et donc un long processus d’évolution. Néanmoins, notre corps a-t-il suffisamment évolué pour s’adapter parfaitement ? En effet, le mal de dos est fortement lié à notre bipédie. Mais il est surtout causé par nos habitudes de vie, notre façon de nous tenir et la musculature de notre dos. Quelques gestes du quotidien peuvent considérablement réduire le risque d’apparition d’une douleur au dos.

Pourquoi a-t-on mal au dos : Les principales causes

causes mal de dos

Il n’est pas toujours évident de connaître les causes d’un mal de dos à part quand il est chronique. En règle générale, on distingue 3 principaux types de causes pour le mal de dos :

  • Les causes mécaniques : les maux de dos dépendant d’un mauvais geste, d’une mauvaise posture…
  • Les causes constitutionnelles : elles découlent le plus souvent d’une musculature insuffisante ou d’une pathologie.
  • Les causes physiologiques : elles sont liées à nos caractéristiques physiques. Le meilleur exemple est la grossesse qui entraîne souvent un mal de dos chez la femme enceinte.

La grande majorité des maux de dos découlent de causes mécaniques. Nous sommes de plus en plus nombreux à travailler en étant assis derrière un bureau. Sur le long terme, cette posture peut entraîner des douleurs allant des cervicales aux lombaires. Et comme nous ne faisons pas assez d’exercice physique pour muscler notre dos, celui-ci est plus fragile. Certains spécialistes parlent du mal de dos comme le mal du siècle, car de nombreuses causes sont liées à notre mode de vie moderne.

Douleur mécanique ou inflammatoire ?

Comme on distingue différentes causes pour le mal de dos, on distingue également différentes formes de douleur. De cette façon, les douleurs de dos sont classées selon qu’elles sont inflammatoires ou mécaniques.

Dans le premier cas, le mal de dos ne provient pas d’un mauvais geste, mais il peut provenir de facteurs génétiques ou être le symptôme d’une maladie comme la spondylarthrite axiale ou le rhumatisme psoriasique. Il prend souvent la forme d’une douleur qui survient la nuit et accompagnée de raideurs lombaires qui persistent le matin. Le repos n’est pas suffisant pour calmer le mal de dos inflammatoire. Si ce mal de dos n’est pas pris en charge relativement tôt, il peut s’aggraver avec le temps.

Le mal de dos mécanique résulte d’un mauvais mouvement ou d’une mauvaise position. La douleur survient le jour et le repos permet de soulager le mal de dos mécanique, tout comme les antalgiques. 

Douleur aiguë ou douleur chronique

Le mal de dos se distingue aussi selon le ressenti de la douleur : aiguë ou chronique. Dans les deux cas, l‘origine du mal de dos n’est pas forcément le même.

Une douleur aiguë se caractérise par une douleur intense qui survient généralement après un mauvais geste et qui limite considérablement les mouvements. Cette sensation peut durer quelques jours et nécessite le plus souvent du repos. Par définition, on parle de douleur aiguë lorsqu’elle dure moins d’un moins.

À l’inverse, la douleur chronique est qualifiée de telle lorsqu’elle s’étend sur plus d’un mois. Elle est souvent entrecoupée de périodes non douloureuses. Généralement, la douleur chronique est liée à une maladie et provient généralement d'une inflammation. Si elle n’est pas soignée, cette douleur peut s’amplifier avec le temps.

soulager le mal de dos

Reconnaître la zone d'où proviennent les douleurs

Pour pouvoir soulager le mal de dos, il est nécessaire de cerner la zone où s’étend la douleur. En effet, le mal de dos regroupe toutes les douleurs touchant la colonne vertébrale (rachis), du cou jusqu’au bassin. Le rachis est divisé en 4 régions : cervicale (cou), thoracique (milieu du dos), lombaire (bas du dos) et pelvienne (bassin). À chaque zone est associé un type de douleur :

  • Cervicalgie
  • Dorsalgie
  • Lombalgie
  • Les douleurs au niveau du bassin qui peuvent s’étendre jusqu’à la jambe si le nerf sciatique est touché

Découvrons plus en détail les douleurs les plus courantes :


Lombalgie :

Elle touche la zone des lombaires, c’est-à-dire le bas du dos juste au-dessus du bassin. Il s’agit du mal de dos le plus répandu et l’un des problèmes de santé les plus coûteux au monde tant le nombre de personnes touchées est important. La lombalgie peut totalement bloquer la personne le temps que la douleur se passe.

Lumbago :

Le lumbago n’est autre que le terme pour désigner une lombalgie aiguë, c’est-à-dire lorsque la douleur est intense, mais qu’elle ne dure jamais plus d’un an. Le plus souvent, le lumbago résulte d’un geste trop brusque, ou d’une mauvaise posture trop longue. Pour soulager un tel mal de dos, il suffit souvent de se reposer et éventuellement de prendre un antidouleur.

Hernie discale :

Elle peut se développer dans n’importe quelle zone de la colonne vertébrale, même si majoritaire, l’hernie discale touche la zone des lombaires. Elle consiste en un déplacement d’une partie d’un disque intervertébral, c’est-à-dire d’un anneau de cartilage fibreux possédant un noyau gélatineux et que l’on retrouve entre deux vertèbres. Ces disques servent à amortir les chocs. La hernie discale résulte souvent d’une usure du rachis et survient généralement chez les personnes âgées entre 30 et 50 ans. Cependant, elle peut résulter d’autres causes. 

Sciatique :

Le nerf sciatique part des lombaires et descend derrière la cuisse et va jusqu’au pied. Elle prend la forme d’une douleur intense due à une inflammation de la racine nerveuse et à une compression du nerf. Cette douleur peut se ressentir le long de la jambe. La sciatique résulte généralement d’une maladie ou d’une hernie discale.

Arthrose :

L’arthrose est une maladie. Plus précisément, il s’agit de la maladie articulaire la plus répandue. Dans les débuts de son développement, l’arthrose n’est pas forcément visible et la personne ne sent aucune gêne. Puis, vers 40-50 ans, les premiers symptômes apparaissent : douleurs articulaires qui surviennent surtout le jour et peuvent s’accompagner de quelques difficultés à effectuer certains gestes articulaires. Actuellement, les spécialistes ont distingué deux types de causes : physiques (mécaniques) et hormono-métaboliques. L’arthrose entraîne un effritement du cartilage qui peut aller jusqu’à sa disparition et la formation d’excroissances osseuses gênant l’articulation.

Cervicalgie :

Elle désigne les douleurs ressenties au cou, c’est-à-dire au niveau des cervicales. Le cas le plus connu est le torticolis qui est une cervicalgie aiguë. Il touche presque la moitié de la population chaque année. Néanmoins, il existe d’autres formes de cervicalgies (arthrose, hernie…). Différentes formes de causes sont mises en évidence : mécaniques (structure articulaire touchée), traumatiques (choc), posturales (mauvaise position et mauvaise posture) et viscérales (infection, angine…). La cervicalgie s’accompagne souvent de maux de tête.

Scoliose :

Une scoliose désigne une déviation du rachis, c’est-à-dire de la colonne vertébrale. On parle de scoliose lorsque la déviation se fait selon un angle supérieur ou égal à 10 degrés. Une scoliose non réductible signifie que l’on ne peut pas corriger la déformation, mais par contre il est toujours possible de stopper l’évolution.

Discopathie :

La discopathie est une pathologie touchant un ou plusieurs disques intervertébraux. Elle se caractérise par une détérioration du disque touché. Il s’agit d’une maladie chronique, c’est-à-dire qu’elle se développe progressivement. Selon la zone où elle intervient, on parle de : discopathie cervicale, discopathie dorsale et discopathie lombaire. 

Douleur musculaire :

Un mal de dos peut avoir différentes origines, mais dans la plupart des cas la douleur provient soit d’un disque intervertébral, soit d’un muscle. Sachant que les deux éléments sont souvent corrélés : des muscles trop faibles peuvent favoriser la lésion d’un disque et inversement, une lésion d’un disque peut entraîner une douleur musculaire.

Comment soulager le mal de dos naturellement

Le mal de dos peut être très douloureux et handicapant, même si bien souvent il n’est pas dangereux. Lorsqu’il s’agit d’une douleur aiguë comme un torticolis ou un lumbago, on se retrouve souvent bloqué à ne rien pouvoir faire, car chaque geste nous envoie une décharge au niveau de la zone douloureuse.

Auquel cas, la meilleure solution est de vous reposer et d’éviter les gestes brusques. Pour diminuer la douleur, vous pouvez également prendre des antidouleurs. Généralement, un mal de dos mécanique et aigu disparaît complètement après quelques jours de repos. Le port d’une ceinture lombaire ou d’une minerve permet également de soulager la douleur le temps de vous reposer, voire de la prévenir si vous savez que vous allez effectuer une manœuvre à risque.

Si la douleur revient trop et est trop handicapante, un message ou de l’acupuncture peuvent être bénéfiques. De même, un dos insuffisamment musclé est plus fragile, et faire quelques exercices physiques pour le renforcer est une solution efficace contre les douleurs mécaniques.

De plus, si la douleur ne disparaît pas après une semaine, il est conseillé de consulter un médecin pour identifier la cause. Il s’agit peut-être d’un mal de dos chronique lié à une autre pathologie. Le médecin peut vous rediriger vers un spécialiste : kinésithérapeute, ostéopathe, radiologue, ou rhumatologue.

Il existe également quelques traitements naturels tels que des huiles essentielles. Mais ne vous attendez pas à un miracle.

Présentation des traitements existants pour soulager le mal de dos

pilules soulager le mal de dos

Pour traiter un mal de dos, outre le repos, vous avez le choix entre des médicaments, des solutions non médicamenteuses, ou un mix des deux.

Selon la nature de la douleur, différents types de médicaments peuvent être nécessaires : antalgiques pour calmer la douleur, anti-inflammatoires pour réduire une inflammation, etc. Sans oublier les médicaments pour soulager une maladie précise de laquelle découle le mal du dos dans le cas d’une douleur chronique. Votre médecin généraliste saura vous recommander le traitement le plus adapté selon le mal de dos dont vous souffrez.

Concernant les solutions non médicamenteuses, elles prennent la forme de manipulations physiques auprès d’un spécialiste :

  • Kinésithérapeute : traitement par le mouvement (le plus souvent par le massage) qui agit au niveau musculaire et articulaire.
  • Ostéopathe :  manipulations du système musculo-squelettique.

Avant d’aller voir un spécialiste, nous vous conseillons de vous rendre chez votre médecin généraliste. La douleur peut également être soulagée grâce à divers équipements : minerve, ceinture lombaire, corset, attelle...

Quelques accessoires pour préserver votre dos

Mieux vaut prévenir que guérir, c'est bien connu. C'est pourquoi nous vous conseillons de réfléchir à votre style de vie et aux habitudes que vous avez peut-être qui endommagent chaque jour un peu plus votre dos. Parmi celles-ci la position assise devant l'ordinateur, véritable fléau pour le dos ces dernières décennies.

Les accessoires intéressants pour soulager et préserver le dos des douleurs quotidiennes :

Conseils et hygiène de vie pour prévenir le mal de dos

Comme nous l’avons évoqué plusieurs fois, différentes causes peuvent entraîner un mal de dos. Il faut notamment distinguer le mal de dos mécanique souvent associé à un mauvais geste et qui disparaît rapidement, du mal de dos chronique qui peut durer très longtemps, voire s’amplifier.

Concernant le mal dos chronique il découle généralement d’une autre pathologie (maladie, surpoids…) qu’il est important de soigner pour que le mal de dos disparaisse. La pathologie peut provenir de l’alimentation et de l’hygiène de vie. Plus nous mangeons sainement et équilibré, et plus nous réduisons les risques d’apparition de certaines maladies pouvant conduire à un mal de dos chronique. Il en va de même pour l’hygiène de vie. Il faut réduire au maximum les excès et essayer de pratiquer une activité physique régulière.

À l’inverse le mal de dos mécanique est sur le moment plus douloureux, mais il disparaît rapidement. Dans la majorité des cas, il survient après une geste brusque ou lorsque l’on est resté trop longtemps dans une mauvaise posture. Par exemple, une douleur aiguë peut se déclencher lorsque l’on soulève un objet lourd trop rapidement et en ne faisant pas assez attention à notre gestuelle. Pour réduire ce risque, il convient de faire attention à chaque fois que l’on fait des mouvements mettant à mal notre colonne vertébrale. De même, lorsque l’on marche ou que l’on est assis, il faut toujours essayer d’avoir le dos le plus droit possible.