soigner une sciatique

Sciatique : Définition, symptômes et traitements

Une sciatique ou lombosciatique est un mal de dos relativement fréquent puisqu’il toucherait entre 5 à 10 % des personnes souffrant d’un mal de dos. La sciatique est un symptôme d’une autre pathologie qui est dans la plupart des cas une hernie discale. Néanmoins, d’autres causes peuvent engendrer une telle douleur. Celle-ci est souvent intense et se répand du bas du dos jusqu’au pied.

En effet, la douleur ressentie provient de la compression d’une des deux racines du nerf sciatique. Ce dernier étant le nerf le plus gros et le plus long de notre corps et il s’étend du plexus sacral jusqu’aux pieds. La douleur n’est pas continue et apparaît surtout lors d’efforts physiques.

D’autres symptômes peuvent accompagner la sciatique (fourmillements, perte de sensibilité…). Le traitement de la sciatique exige du repos, mais passe également par d’autres méthodes. Dans cet article, nous allons détailler les différents traitements possibles et les informations utiles à connaître concernant la sciatique.

Définition : qu'est-ce qu'une sciatique ?


medecin sciatique

Dans le langage courant, on utilise généralement le terme sciatique, mais sachez que si l’on vous parle de lombosciatique ou de névralgie sciatique, il s’agit en réalité de la même pathologie. Pour comprendre ce qu’est une lombosciatique, il est nécessaire d’évoquer le nerf sciatique.

Il s’agit du nerf le plus grand et le plus gros présent dans notre organisme. Il commence au niveau du sommet du plexus sacral que l’on peut situer en haut de la fesse. Ensuite, il descend la fesse, puis le long de la cuisse. Une fois arrivé au niveau de la fosse poplitée, c’est-à-dire l’arrière du genou, le nerf sciatique se divise en deux : le nerf sciatique poplité externe (nerf fibulaire commun) et le nerf sciatique poplité interne (nerf tibial). Le nerf fibulaire commun s’étend jusqu’au dos du pied. Le nerf tibial va jusqu’à la plante du pied. Nous possédons un nerf sciatique dans chaque jambe. 

La sciatique est causée par une irritation du nerf sciatique qui prend généralement la forme d’une compression de la racine du nerf située entre les vertèbres L5 (dernière vertèbre lombaire) et S1 (première vertèbre du sacrum). La douleur peut se ressentir tout le long du nerf sciatique et de ses branches, c’est-à-dire du bas des lombaires jusqu’au bout du pied. Et comme le nerf sciatique est à la fois un nerf sensitif et moteur, la compression de sa racine peut aller jusqu’à bloquer la jambe.

Symptômes de la sciatique (L4-L5, L5-S1)

Une sciatique se caractérise par une douleur vive qui débute généralement dans le bas du dos et peut s’étendre dans la fesse, la cuisse, le mollet et jusqu’au pied. La douleur touche une seule jambe et elle est intermittente. Généralement, elle devient plus forte lors d’efforts physiques. À l’inverse, en situation de repos, la douleur a tendance à être réduite.

En plus de cette douleur, la sciatique peut être accompagnée de différents symptômes supplémentaires. Ainsi, la personne peut ressentir des fourmillements dans la jambe et les orteils. Une perte de sensibilité de la jambe peut également survenir. De même, certains stimulus habituellement indolores peuvent entraîner une légère douleur. La sciatique peut aussi réduire le réflexe achilléen et entraîner une douleur aiguë au niveau des lombaires qui est souvent accompagnée d’un blocage (lumbago ou lombalgie).

Si vous souffrez de l’un de ces symptômes, le premier geste est bien évidemment de vous rendre chez votre médecin traitant. S’il s’agit d’une sciatique, le médecin devra déterminer les causes de cette dernière. Selon ces dernières, le traitement pour soigner la sciatique peut différer.

Les principales causes de sciatique

Différentes pathologies peuvent être à l’origine d’une sciatique. Néanmoins, pour 90 % des cas de sciatiques, une hernie discale en est la cause.

La hernie discale désigne le déplacement ou plus largement la lésion d’un disque intervertébral formé d’un anneau de cartilage fibreux et d’un noyau gélatineux. Le disque intervertébral est situé entre deux vertèbres et il aide la colonne vertébrale à mieux amortir les chocs et les chutes. La hernie discale apparaît généralement chez les personnes âgées entre 30 et 50 ans.

Mais d’autres causes peuvent engendrer une sciatique. Parmi les plus répandues après la hernie discale on trouve : les tumeurs, la fracture vertébrale, une infection, ou une sténose du canal rachidien.

La sciatique peut être soulagée, mais pour la soigner complètement et éviter qu’elle ne refasse surface, il faut traiter la cause. Bien sûr, selon la nature de cette cause, le traitement peut se révéler plus ou moins long et efficace.

Le médecin devrait normalement discerner rapidement la cause de la sciatique dans le cas d’une hernie discale. Dans les autres cas, il peut vous envoyer vers un spécialiste pour effectuer un examen complémentaire : radiographie, IRM, scanner.

Qui sont les personnes à risque ?

causes sciatique

La hernie discale étant la principale cause de sciatique, les personnes à risque sont logiquement celles qui sont les plus susceptibles de souffrir d’une hernie discale.

Dans la plupart des cas, la lésion d’un disque intervertébral fait suite à une usure dégénérative du rachis. Elle peut être accentuée par des efforts répétés ou un traumatisme. Cette lésion peut être une déchirure ou des arrachements qui vont aboutir à un déplacement du disque, à sa compression, à son étirement ou à sa torsion. La hernie discale survient le plus souvent chez les personnes âgées de 30 à 50 ans. Ce sont donc ces mêmes personnes qui ont le plus de « chances » de souffrir d’une sciatique.

Plus généralement, les personnes à risque pour une hernie discale et donc pour une sciatique sont les suivantes :

  • Les femmes enceintes
  • Les personnes pratiquant un métier exigeant physiquement
  • Les personnes pratiquant un sport exigeant physiquement
  • Les personnes de grande taille
  • Les personnes en surpoids
  • Les personnes souffrant d’arthrite
  • Les personnes souffrant d’arthrose

Un mauvais geste et surtout une mauvaise chute peuvent aussi favoriser une sciatique si une partie du nerf sciatique se retrouve comprimée. Soulignons que le renforcement de la musculature réduit le risque de sciatique et plus généralement les maux de dos. Les personnes insuffisamment musclées au niveau du dos ont donc plus de risque de souffrir d’une sciatique.

Les remèdes traditionnels pour la douleur sciatique

Traditionnellement, il était conseillé à une personne souffrant d’une sciatique de s’allonger sur un plan dur lorsque la douleur se faisait ressentir. Cette méthode n’a jamais véritablement prouvé son efficacité, et aujourd’hui elle n’est pas vraiment employée.

Néanmoins, le repos reste l’un des meilleurs remèdes. Il permet de soulager en partie la douleur et d’accélérer le processus de guérison dans le cas d’une hernie discale.

D’autres remèdes traditionnels sont souvent évoqués pour aider à soulager les douleurs causées par la sciatique : massages à base d’huiles essentielles, yoga, les gélules de plantes...

On retrouve également un mouvement permettant d’atténuer la douleur. Il consiste à grimper sur une marche avec la jambe non touchée par la sciatique et laisser pendre dans le vide l’autre jambe. Lorsque cette dernière est bien détendue, il faut effectuer des mouvements de balancier pour tenter de décoincer le nerf. Cependant, cette technique fonctionne à condition que le nerf sciatique soit coincé. En cas d’inflammation ou d’une hernie discale sévère, cette solution est inefficace.

Parmi les remèdes de grand-mère, celui qui revient le plus souvent est le suivant : des feuilles d’orties plongées dans de l’eau chaude et placées sur la partie douloureuse plusieurs fois par jour. Elles peuvent être remplacées par des feuilles de chou fraîches plongées dans un bain de saindoux.

Traitements : comment soigner une sciatique ?

medicaments sciatique

Outre le repos, il existe différents traitements permettant de soulager la douleur d’une sciatique. Les antalgiques sont efficaces pour réduire momentanément la douleur. Ils ne soignent pas la sciatique, mais vous aident à ne plus la sentir.

Votre médecin peut également vous envoyer vers un kinésithérapeute ou un ostéopathe. Les manipulations effectuées par ces spécialistes peuvent soulager la douleur et encourager le processus de guérison de la sciatique ou de la hernie discale. Selon les patients et l’état de la sciatique, l’efficacité de ces massages et manipulations n’est pas la même.

L’infiltration de corticoïde dans le canal lombaire peut aussi se révéler efficace. Elle est pratiquée par un rhumatologue.

De même, certains équipements peuvent aussi soulager la sciatique et faire en sorte qu’elle guérisse plus rapidement. On pense notamment à la ceinture lombaire et au corset.

Sans oublier la pratique d’exercices physiques fréquents afin de muscler le bas du dos et les jambes.

Si la hernie discale est trop sévère, il est possible de subir une intervention chirurgicale. Il existe plusieurs techniques chirurgicales permettant de guérir le nerf, de lever sa compression, de soulager la douleur et de restaurer le fonctionnement.

Prévention de la sciatique : que faire

La prévention pour réduire les risques de sciatique s’articule essentiellement autour de la prévention contre la hernie discale.

Autrement dit, il faut éviter les gestes brusques et les mouvements répétitifs trop exigeants pour le dos. Par exemple, lorsque vous soulevez un objet lourd, pensez à maintenir votre dos bien droit et à utiliser les muscles de vos jambes. De même, muscler le bas du dos est aussi un moyen de le renforcer et de le rendre plus résistant aux différents mouvements et aux différents chocs.

La posture que l’on a au quotidien a aussi une influence. Il est vivement conseillé de bien se tenir droit lorsque l’on est debout ou assis. Quand nous sommes en train de marcher, la tête et les épaules doivent être maintenues bien droites et en arrière. En position assise, il est conseillé d’avoir les genoux et les hanches à la même hauteur, quitte à utiliser un petit tabouret. Et d’avoir toujours le dos collé au siège.

Le surpoids favorise le développement de problèmes de dos et notamment l’apparition d’une hernie discale débouchant sur une sciatique. Faire attention à son alimentation est donc un moyen de prévenir la sciatique. Veillez à avoir une alimentation saine et équilibrée. Évitez le plus possible les excès de sucreries et d’aliments avec du mauvais gras.

Commentaires