main-cervicalgie

Cervicalgie : Définition, symptômes et traitements

Une rachialgie désigne toute douleur au niveau du rachis, c’est-à-dire de la colonne vertébrale. Le mal de dos est la rachialgie la plus répandue. Le plus souvent il s’agit d’une lombalgie, ce qui signifie que le mal de dos se situe au niveau de la région des lombaires (le bas du dos). Après la lombalgie, la rachialgie la plus fréquente est la cervicalgie. Comme le désigne son nom, cette douleur se situe au niveau des cervicales et donc dans le cou.

Comme tous les maux au niveau du rachis, la douleur peut être chronique (elle s’étend sur plusieurs semaines) ou aiguë (plus intense, mais sur quelques jours seulement). Au sein de cet article, nous allons nous intéresser à ces deux formes de cervicalgie en essayant d’en comprendre les causes et les symptômes.

Nous essayerons également de trouver les meilleurs remèdes pour soigner et réduire la douleur des différentes formes de cervicalgie. Une douleur au cou peut se révéler particulièrement gênante et bloquante. Lorsqu’elle est aiguë, elle est l’une des principales causes d’arrêt de travail. Tandis qu’une douleur chronique peut renvoyer à un problème de santé plus sérieux. Dans tous les cas, il est important de cerner les mauvais gestes pouvant entraîner une cervicalgie et ceux qui, au contraire, vont aider à lutter contre cette rachialgie.

Description et localisation de la cervicalgie


medecin cervicalgie

Pour comprendre d’où provient la douleur cervicale, il est important de revenir sur l’anatomie de la colonne vertébrale. Le rachis est présent chez tous les vertébrés. Sans lui, nous ne pourrions pas bouger. Chez l’homme la colonne vertébrale est composée de 24 vertèbres réparties en 4 zones :

● Cervicale : 7 vertèbres au niveau du cou
● Thoracique ou dorsale : 12 vertèbres allant de la base du cou jusqu’au milieu du dos et prolongées par les 24 côtes de la cage thoracique
● Lombaire : 5 vertèbres dans le bas du dos
● Pelvienne : 5 vertèbres au niveau du bassin et qui se soudent à l’âge adulte pour former un seul bloc : le sacrum

Le rachis cervical est lui-même divisé en différentes zones :

● Rachis cervical supérieur : articulations occipito-cervicales, atlas (première vertèbre du rachis et celle qui porte la tête), axis (deuxième vertèbre)
● Rachis cervical inférieur : les 5 autres vertèbres cervicales

Hormis entre l’occiput et la première vertèbre cervicale et entre cette dernière et la deuxième vertèbre cervicale, chaque vertèbre est séparée de la suivante par un disque intervertébral, soit 23 disques en tout. Les disques sont constitués d’un anneau cartilagineux et d’un noyau gélatineux. Ils assurent l’élasticité entre les vertèbres et les protègent des chocs. Très souvent, une lésion au niveau de l’un des disques intervertébraux est la cause d’une rachialgie.

La cervicalgie désigne donc une douleur au niveau d’une ou plusieurs des 7 vertèbres cervicales. On distingue généralement :

● La cervicalgie chronique : douleur peu intense qui dure au moins plusieurs semaines avec des pics. La plus fréquente est l’arthrose cervicale qui touche le plus souvent les plus de 50 ans.
● La cervicalgie aiguë : douleur intense qui ne dure que quelques jours, mais qui bloque souvent la totalité du cou. Le cas le plus connu est le torticolis.

On distingue également les différentes formes de cervicalgie selon leur cause :

● Mécanique : problème au niveau de la structure articulaire
● Posturale : mauvaise position entraînant une défaillance au niveau des muscles ou des articulations
● Traumatique : suite à un choc
● Viscérale : symptôme d’une autre pathologie

Douleurs aux cervicales : l'une des plus répandues

Dans les pays développés, les conditions de travail ont nettement progressé au cours du 20e siècle. Aujourd’hui, le travailleur est mieux protégé et son environnement de travail est plus sécurisé. Dans des sociétés ou plus des deux tiers des emplois proviennent du secteur tertiaire, les professions sont de moins en moins difficiles physiquement. De plus en plus de personnes passent une grande partie de leur temps de travail derrière un bureau.

Cependant, si de moins en moins de personnes souffrent de gros problèmes physiques causés par leur travail, nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de mal de dos, de cervicalgie et de troubles musculosquelettiques (TMS). Ces derniers représentent désormais la première maladie professionnelle dans les pays développés. Les TMS sont causés par une répétition de gestes du quotidien, comme le fait d’utiliser un clavier d’ordinateur. Suivent ensuite les rachialgies, dont la lombalgie est le mal le plus répandu, suivie par la douleur cervicale.

La plupart des arrêts de travail sont causés par l’un de ces trois maux : TMS, mal de dos et cervicalgie. Des maux principalement causés par des gestes répétés, une mauvaise posture et une sédentarité au travail.

Symptômes de la cervicalgie

Comme nous l’avons souligné, il existe différents types de cervicalgies. Cependant, on retrouve souvent des symptômes communs aux différentes douleurs cervicales :

Nuque raide : mouvements difficiles de la nuque qui peut même être partiellement ou totalement bloquée.
Douleur plus ou moins intense : elle touche le cou, mais peut s’étendre aux épaules et jusqu’aux bras. Dans sa forme la plus aiguë, la douleur ressemble à une petite décharge électrique.

Plus rarement, la cervicalgie peut également entraîner un ou plusieurs des symptômes suivants :

Maux de tête
● Vertiges
● Troubles du sommeil
● Fourmillements dans les bras et les doigts
● Fièvre

Dans la plupart des cas, la cervicalgie n’est pas grave pour la santé, mais elle peut bloquer la personne pendant plusieurs jours. En revanche, lorsqu’il s’agit d’une douleur chronique, c’est-à-dire s’étalant sur plusieurs semaines, il est important de consulter un médecin pour déterminer quelle en est la cause. Généralement, il s’agit d’une cause bénigne, mais mieux vaut en être sûr.

Les principales causes de cervicalgie

Comme nous l’avons vu plus haut, on distingue les causes mécaniques, posturales, traumatiques et viscérales.

Les causes viscérales sont les plus rares, suivies par les causes traumatiques. Ces dernières désignent les chocs et les chutes pouvant entraîner une cervicalgie. Lorsque le choc est très important, la cervicalgie peut être extrêmement grave comme le « coup du lapin » avec un risque de paralysie, voire de décès.

Néanmoins, les principales causes de cervicalgie sont en réalité bénignes pour la santé. Elles sont d’ordre mécanique ou postural. Dans le premier cas, la douleur cervicale résulte de l’articulation qui est gênée. Très souvent, ce problème provient d’une arthrose cervicale ou d’un canal cervical étroit.

Concernant les causes posturales, elles désignent les mauvaises postures, les mauvaises positions et les gestes brusques. Par exemple, lorsque nous passons beaucoup de temps assis derrière notre bureau, nous avons tendance à tordre le cou. De même, il arrive que l’on se réveille avec une douleur cervicale causée par une mauvaise position durant la nuit. Le plus souvent, la douleur provient des muscles ou des articulations. Au niveau des articulations, l’une des causes les plus répandues est la hernie discale, c’est-à-dire une lésion au niveau de l’un des disques intervertébraux présents dans la zone des cervicales.

Qui sont les personnes à risque ?

Tout le monde peut souffrir d’une cervicalgie. Néanmoins, il est vrai que certaines personnes sont plus à risque. Ainsi, ceux qui travaillent derrière un bureau risquent plus facilement de ressentir une douleur cervicale que ceux qui sont régulièrement en mouvement dans leur profession. Non seulement nous avons la mauvaise habitude de tordre le cou quand nous travaillons derrière un bureau, mais en plus la posture statique accentue le risque, car les muscles ne travaillent pas. Idem pour ceux qui passent beaucoup de temps en voiture.

Plus largement, nos mauvaises postures au quotidien nuisent à notre cou et à notre dos. Lorsque nous marchons, quand nous sommes assis ou quand nous sommes debout, nous ne prenons souvent pas suffisamment soin de notre colonne vertébrale qui est courbée, alors qu’elle devrait être droite.

De même, certaines activités physiques peuvent aussi entraîner un mauvais geste ou une mauvaise position qui malmènent notre rachis. D’ailleurs, nous avons tous appris à l’école à nous échauffer le cou avant de commencer une séance de sport.

Les remèdes traditionnels contre les douleurs aux cervicales

Le premier remède naturel contre la cervicalgie réside dans la prévention. Comme le dit le proverbe, « il vaut mieux prévoir que guérir ». Aussi, il est important de veiller à maintenir une posture correcte en toutes circonstances. La position naturelle de notre colonne vertébrale est d’être droite.

Au quotidien nous devons toujours essayer de maintenir notre dos et notre cou le plus droit possible. L’ergonomie est justement là pour nous aider à maintenir une meilleure posture. Elle consiste à ce que notre environnement de travail soit conçu en prenant en compte notre confort, notre sécurité et notre efficacité. Si vous travaillez derrière un bureau, il est peut-être temps d’investir dans un siège ergonomique.

Grâce à lui, votre dos et votre cou restent droits. Mais il est également essentiel de ne pas rester trop longtemps dans une position statique. Vous devez régulièrement prendre quelques minutes pour vous lever et pour bouger afin que la circulation du sang reprenne un rythme normal et pour que vos muscles ne s’affaiblissent pas. De même, pratiquer une activité physique régulière est essentielle pour muscler le corps et plus précisément, le cou et le dos. 

Maintenant que nous avons présenté en quoi consiste la prévention, il est important de nous intéresser aux remèdes. Pour lutter contre la douleur cervicale, la seule solution est souvent le repos. En mettant le moins possible notre cou à contribution, la cervicalgie va disparaître plus rapidement.

Notez que la chaleur est un excellent remède pour soulager naturellement la douleur et accélérer le processus de guérison. Il existe des pommades chauffantes spécialement conçues pour cet effet. Pensez aussi à utiliser un collier cervical, plus connu sous le nom de minerve. Il réchauffe le cou, vous aide à le maintenir bien droit et réduit le risque de mauvais mouvements.


Traitements : comment soigner une cervicalgie ?

medicaments sciatique

Lorsque la douleur est trop intense, il est nécessaire d’essayer de la réduire. Une douleur aiguë au cou empêche de se concentrer et de se reposer.

Pour réduire la douleur cervicale, la meilleure solution est de prendre un antalgique ou analgésique. Il s’agit d’un médicament antidouleur. Il existe différentes formes d’analgésiques selon le type de douleur. Demandez conseil auprès de votre médecin ou d’un pharmacien pour être sûr de choisir le bon traitement.

Cependant, ce type de médicament permet de soulager la douleur, mais il est essentiel de se reposer et de réduire les mouvements du cou pour que la cervicalgie guérisse, tout en veillant à maintenir le cou bien au chaud.

Ces traitements sont pour les cas les plus courants de cervicalgies. Concernant les cas issus d’un traumatisme et les causes viscérales, il est important de consulter un médecin pour bénéficier d’un traitement adapté.